Monday, August 18, 2008

La Poursuite de l’Excellence

Ce billet est une réaction directe au billet consigné sur le blogue Montréal à moi publié le 14 Août dernier:

Cher M. C merci de prendre le temps de partager vos opinions et la somme de vos recherches sur le passé trouble du jeune Dany Villanueva. Les idées et les faits relevés dans votre billet du 14 Août dernier constituent un excellent complément d’information qui permettra sans doute, dans l’attente des conclusions de l’enquête en cours, aux citoyens concernés et convaincus de la nature infaillible de l’Autorité de se faire leur propre idée sur les circonstances entourant la mort du jeune Fredy Villanueva.

Bien qu’articulé et fort documenté, votre discours comporte cependant plusieurs failles rhétoriques et une portée fort dangereuse; notamment en ce qui a trait à sa prétendue objectivité et la subjectivité que vous reprochez aux autres…

Vous dites ne pas vouloir vous prononcer à savoir s’il a eu bavure ou non et suggérez qu'à ce stade-ci nous poser cette question est impertinent alors que cette question est l'enjeu central de tout le débat entourant le décès du jeune montrélais. Pire encore vous semblez suggérer que quelle que soit la réponse à cette question la victime (ou tout de moins son frère, Danny) à mérité ce qui lui est arrivé... Et après vous osez traiter les médias de tenir un discours dangereux... votre projection l'est tout autant!.

Vouloir détourner le débat de la question centrale - a-t-il eu bavure ou non? - est une posture rhétorique subjective à souhait. Et vous, mieux que quiconque, devriez prêcher par l’exemple!

Je vous accorde que le frère, un délinquant notaire, était fautif, mais des doutes raisonnables me poussent à croire que la manière dont cette l’interpellation s’est déroulée l’était tout autant, sinon comment expliquer un bilan aussi désastreux…

Vous semblez également suggérer que seule la version des policiers saura nous éclairer sur les véritables circonstances entourant cette mort et plus encore insinuer que la parole des habitants de Montréal-Nord ainsi que celle des témoins directs de la scène n’a aucune valeur!

Croyez-vous vraiment qu’un policier ça été génétiquement modifié à l'académie de police pour ne pas mentir, plus mentir (car aux dernières nouvelles les policiers étaient encore des humains)? Sachez au contraire que c’est lorsqu’on a tout à perdre (carrière, respect, réputation) qu’on a toutes les raisons du monde pour transvestir les faits et les adapter à l’agenda de nos intérêts, surtout lorsqu’on sait pertinemment que notre version de ceux-ci aura préséance sur toutes les autres versions entendues…

En ne peut à ce stade conclure hors de tout doute que les policiers sous enquête mentirons, mais certes qu’ils puissent le faire reste une éventualité que vous n'évoquez tous simplement pas (et ça ça m'agace beaucoup...). Le but de ce billet, ainsi que celui de mon billet précédant n’est pas d’élever des suppositions en faits, mais seulement de soulever des doutes raisonnables.

Votre billet quant à lui cherche à détourner le débat sur le fait qu’on ait simplement tenté (et échoué selon moi) d’interpeller un criminel en flagrant délit (bris de condition) et que les médias sont pas assez objectifs lorsqu'ils soulèvent l'hypothèse d'une potentielle bavure. Ce qu’on retient ironiquement de votre traitement soi-disant objectif de l'information, c'est que vous semblez faire l’apologie du même discours tendancieux que vous reprochez tant aux médias sensationnalistes: soit de suggérer une certaine compréhension des faits pour servir les intérêts d’un certain agenda ou vision politique...

Donner sans confession le bénéfice du doute aux policiers et condamner les criminels sans appel; ça c'est dangereux, très dangereux!

L’Autorité peut faillir en luttant contre les maux qui gangrènent la Cité, faillir au point d'en devenir à son tour le cancer. Nous faisons des policiers les dépositaires d’une violence légitime. Il est de notre devoir de citoyen de nous assurer que ce pouvoir est utilisé à bon escient ou en payer les frais...

Vous dites qu’on met trop de pression sur les policiers, moi je dis et avec raison!

Que tous les policiers qui sont incapables de la gérer comme il se doit fassent autre chose.

Leur badge ne les dispense pas d’avoir des comptes à rendre; au contraire, ils sont d’autant plus redevables du simple fait qu’ils incarnent l’essence même des valeurs qui fondent nos sociétés démocratiques: égalité, justice, liberté d’expression.

Eux mieux que quiconque devraient prêcher par l'exemple...

Conclusion

Dans les médias l’incompétence peut être tendancieuse.
Dans la police l’incompétence peut être meurtrière.

« With great Power comes great Responsibility »; et je suis le premier à encenser le travail de tous les gardiens de l'ordre pesant le poids de ces mots et vivant l’exercice de leur fonctions activement engagés à la poursuite impérative de l’excellence.

Finalement, j'espère plus que quiconque qu'au bout de l'enquête en cours on apprendra que les policiers en cause auront brillé par leur excellence...

4 comments:

Risbomon said...

Salut à toi, collègue bloggueur !

Merci pour ce billet très complet et cette analyse très élaborée, il est vrai que ce sujet est très délicat et nécessite beaucoup de réflexion avant d'y porter un jugement.

Espérons qu'à la suite de l'enquête, nos auront les éléments qui nous permettrons de comprendre réellement ce qui s'est passé.

Je tiens en tout cas à te féliciter pour la qualité de tes propos et de tes idées, la lecture de ce blog est rendue encore plus agréable !

Andres Restrepo said...

Merci de votre commentaire Risbomon.

En effet, on marche en plein terrain miné...

Espérons que le dénouement de cette histoire ne va pas créer d'autres drames...

Cordialement.

AR

Qu'importe... said...

Le problème que j'ai perçu et cela même dans votre questionnement, c'est que le policiers ont été immédiatement traité de coupable par le public (images diffusées par l médias) dans l'événement qui a eu lieu avant même que l'enquête soit menée.

Coupable par défaut de leur incompétence. Coupable d'avoir tué un pauvre citoyen (de Repentigny et non montréalais) Et si l'on veut jouer avec les mots comme vous semblez le faire... selon la Charte canadienne des droits et libertés :

« Tout inculpé a le droit d’être présumé innocent tant qu’il n’est pas déclaré coupable, conformément à la loi, par un tribunal indépendant et impartial à l’issue d’un procès public et équitable. »

Les médias ne sont pas objectifs, du moins pas tous, et puis de toute évidence les médias n'ont aucune intention de se mettre la population à dos, ils préfèrent de loin émettre l'hypothèse qui convient au public, précisément celui qu'ils interview.

Et puis selon moi, se demander s'il y a eu bavure ou non et en faire tout un tollé le lendemain même qu'à eu lieu l'événement, c'est complètement ridicule puisque l'on sait qu'une enquête ne se résout pas en un clin d'oeil.

Mais les médias n'ont pas grand chose à faire que de faire jaser, n'est-ce pas? De quoi peut-on bien parler pendant que l'enquête se poursuit? Émettons des hypothèses voyons! Demandons au public ce qu'il en pense. Après tout le commun des mortels a sûrement un point de vue critique et objectif des événements qui ont eu lieu!

Enfin, tout ça, ça me fait penser à un enfant qui veut absolument son popsicle fait maison qui n'a pas encore eu le temps de geler. Qu'est-ce que la mère lui trouve a dire? Patience mon p'tit!

Je trouve que vous exprimez très bien votre point de vue mais sur certains points je ne suis tout simplement pas d'accord, et je crois que de votre côté aussi vous n'êtes pas d'accord sur les opinions d'autrui. Qu'importe... tout le monde voit les choses de son angle de vue... la perception n'est pas la même pour tous, cela veut-il dire forcément que l'un a moins raison que l'autre?

Moi je dis une chance que nos perceptions diverges autrement, il n'y aurait pas de discussion mais que des monologues et cela pourrait être dangereux pour bien des gens.

Andres Restrepo said...

Pascal, je ne peux être plus d'accord avec vous; la pluralité des opinions est vitale au bon maintient de la démocratie. Vos commentaires laissés sur cette tribune m'honorent et me réjouissent en communiquent éloquemment l'expression de cette vitalité.

Trouver des coupables n'a jamais résolu de manière durable aucun problèmes de fond. Mes propos vont au-delà du "bashing" ou l'incrimination gratuite des forces policières.

Ainsi, je ne prétends pas avoir raison ou envoyer en prison qui que ce soit; à ce stade d'hypothèses personne ne peut prétendre la détenir et je ne suis qu'un simple citoyen ou une simple ballerine opinant sur le travail des bouchers (pour répandre votre pittoresque métaphore).

Comprendre les problèmes en cause dans nos sociétés devrait toujours être la première étape vers leur résolution durable agir en conséquence la deuxième...